Au fur et à mesure des retours lecteurs, j’ai pu ressortir un début d’analyse, fragile et évanescent, j’attends de cet article de m’aider à rendre cela plus palpable.

Je dois avouer qu’il devient par contre pour moi de plus en plus difficile de parler du livre et de me mettre au niveau du lecteur qui n’a lu que le premier tome sans dévoiler trop d’éléments.

Oui, vous le savez maintenant , j’adore le mystère.

Je vais donc devoir rester généraliste tout en donnant du mordant à cet article.

 

Les thématiques.

Dans le tome 1 et je m’avance à dire dans les suivants aussi, la Saga Anima comporte différents niveaux de lecture. Si je devais oser faire une comparaison accessible , je dirais « comme les Pixar ».

Selon l’âge auquel vous lirez ce livre, il aura une signification différente. J’ai d’ailleurs souvent dit en riant qu’Anima était dans la tranche d’âge 12-99 ans et sincèrement je pense que c’est le cas.

Comment je m’en suis rendu compte ?

Premièrement avec ma première lectrice , ma fille qui a 10 ans. Avoir ces retours était d’une préciosité incroyable pour moi, car ensuite j’ai pu les comparer au retour de lecteurs plus avancés en âge.

Son niveau de lecture était plutôt basé sur la Fantasy, les paysages, animaux, les liens entre les personnages. Son cerveau a fait de lui-même le tri de scènes un peu bousculantes.

Les dessous de l’histoire ou les enjeux n’étaient parfois pas tout à fait compris , par contre le niveau émotionnel était vécu à 2000%, souvent beaucoup plus intensément que les adultes. Même un peu trop, vouant une haine incommensurable à certains personnages.

Les autres retours lecteurs m’ont permis de ressortir des constantes. Certains vivaient le livre dans l’immersion des paysages, ressortant plus les nuances des personnages et comprenant aussi les aspects culturels et spirituels du livre.

D’autres ressortaient plus la partie psychologique, mais aussi transformationnelle du livre. C’est un résumé grossier, car les âges ne sont qu’indicatifs, le ressentit du livre étant plus relié au développement du lecteur qu’à son âge.

Finalement, cette lecture contient plusieurs niveaux grâce à l’existence de thématiques différentes et à la présence de multiples personnages.

 

L’identification:

 

L’identification aux enfants :

Elle se fait autant chez les enfants /ado que chez les adultes. Certains adultes ont pu me dire que le livre avait fait ressortir des souvenirs et les retours étaient souvent.

« Oh j’étais exactement comme Evhany »

Dans le livre les enfants ont entre 10 et 12 ans, ils n’ont donc pas un âge vendable. Je m’explique certaines ME et agents littéraires pensent qu’il est important que les protagonistes aient le même âge que les lecteurs. Le mieux serait 18 ans avec de la romance s’il vous plait.

Alors pourquoi ai-je choisi cet âge ?

C’est un âge où l’enfant découvre que le monde n’est plus tout rose, que les règles émises par les adultes ne sont pas forcément suivies par ces derniers, du coup ils questionnent énormément, ou se renferment, ou se révoltent…chacun sa stratégie.(souvent celle adoptée d’ailleurs pendant la période 2-3-ans)
Selon l’intensité de ce passage, l’adolescence prendra une autre teinte. Plus ou moins explosive. C’est un âge souvent oublié , l’adolescence accaparant toute l’attention dans les souvenirs des parents ou des jeunes , comme un attracteur d’oeil de Sauron, mais en fait c’est en amont que tout se joue.

C’est un âge Rubicon : là où tout se joue.

L’identification aux adultes :

Les enfants/ado pourront retrouver dans les adultes des caractéristiques de leurs parents. Quant aux adultes les thématiques d’identification peuvent se faire sur la quête de soi , de découverte, d’expérience et d’aventure. Le processus de devenir parent avec les changements identitaires que cela procure. Bref cela demanderait un article à part entière.

 

L’identification aux Animaux:

oui oui cette identification est aussi possible et c’est un des buts du livre, voir avec quel animal on se sent vibrer, pas forcément à cause de la personnalité de l’Anima, mais plus part ce qu’il représente. D’ailleurs, la question récurrente en fin de lecture est :

« Oh et moi je me verrai avec quel animal à mes côtés? »

Finalement quand le livre se lit à tous les niveaux, il y autant la partie Fantasy, que spirituelle,chamanique, identitaire, mais aussi dystopique et de développement personnel.

Maintenant, passons à la deuxième couche, celle où l’on retrouve la Triade la plus nette.

L’évolution: 

La triade évolutive se trouve donc chez les enfants, les adultes … et il y a l’Univers. Un personnage à part entière.

Cet univers est en fait intrinsèquement relié aux personnages et aux habitants de Terhae. Il évolue et change avec eux, donc son évolution dépend de celle des personnages. Il était important pour moi de montrer que l’univers était relié aux habitants qui le peuple, comme nous sur cette terre. Et bien que cela soit suggéré dans le tome 1 , les tomes suivants rendront ce lien explicite et visible.
C’est surement ce qui a été le plus dur pour moi lors de la sortie du premier tome , c’est que ce lien ne soit pas plus explicite, car il aurait peut-être donné envie à des lecteurs de se lancer dans l’aventure. Mais la construction du mystère était plus importante. 

Le challenge était donc de créer des personnages individualisé, mais dans un système interconnecté réagissant à leurs personnalités, mais surtout à leurs évolutions.

3 évolutions, différents niveaux de lecture Anima offre selon moi une palette aussi complète et complexe que le monde qui nous entoure.

C’est sympathique de faire ces analyses après coup, qui n’aurait été possible sans les retours lecteurs. Oui, car n’imaginez pas que j’avais cette intention en tête lors de l’écriture.

 

Lecteurs Anima si vous passez par là…laissez un petit commentaire et pour les autres….Comment ça vous n’avez pas encore lu le livre ? 

 

%d blogueurs aiment cette page :