Après ce titre très putaclik (je voulais abosulment utiliser ce mot dans un article) qui vous aura peut-être amené ici je voudrais vous parler d’un des personnages principaux adultes du tome 1.

 

Sorhia

  Ce que je peux aimer ce personnage, très largement inspiré de moi-même. Ça, fait très narcissique dit comme ça en fait, je vais donc nuancer. Chaque personnage a à l’intérieur de lui une partie de moi-même. Néanmoins, Sorhia porte une partie très importante, celle de l’amour maternel.   Elle symbolise ce que j’avais toujours eu envie de voir dans les livres de fantasy.   1- Un personnage féminin badass, aujourd’hui vous avez la chance d’en avoir pleins, à l’époque il n’y en avait pas !
2- Une mère prête à tout.
3- Le coté féminin dans ces aspects positifs, mais aussi négatifs.  

En résumé, Sorhia est donc un personnage féminin fort, il représente les femmes d’aujourd’hui.

  Je ne vais pas partir dans une propagande féministe (je ne suis pas sûre de l’être), mais plutôt vous raconter pourquoi Sorhia pourrait vous plaire.   Évidemment que Sorhia est magnifique, franchement je ne me serais pas vu faire un personnage principal comme elle laideron. Je l’ai décrite tout en courbe et ondulation, comme l’eau qui la symbolise sans jamais utiliser de termes qui pourrait décrire son corps de manière trop précise ainsi chaque femme pouvait s’identifier. (Rapport au corps d’actualité ?)   Elle porte à l’intérieur d’elle des valeurs très fortes, presque extrêmes à certains moments. Elle s’y tient comme si c’était la seule chose qui la définissait vraiment.   Maternel est le mot qui la caractérise le plus, son amour pour ses enfants est sans limites et inconditionnel.   Elle est puissante, trop peut-être me diront certains. En fait pour moi il était important de montrer à quel point le pouvoir est une difficulté qu’il faut appréhender en se remettant constamment en question. En travaillant sur soi pour ne pas en faire un mauvais usage (petit poke aux politiciens)   Elle est résiliente, entre sa jeunesse et sa vie de jeune adulte, elle en a porté des responsabilités.   Elle est folle !!  

Ahhh ce point mérite éclaircissement ! Il est incroyable de noter le nombre d’hommes qui ont lu mon livre et à qui Sorhia a fait peur. Oui oui peur. Elle symbolise pour moi une phrase que j’ai souvent entendue dans ma vie ou en thérapie de la bouche de mes patientes. « T’en fais des tonnes » « non, mais là t’es hystérique » ou de l’autre coté de la barrière « Je me sens comme une harpie » « Je me suis retenue de vraiment montrer l’entier de mes émotions » « J’ai cru que je ne survivrais pas à cette émotion »
Ehhh oui , ça vous parle ? Ce personnage porte cette violence, non pas la sienne, car elle en a peur et essaye tant bien que mal de la contrôler, mais celles des émotions. Ces variations grandes ou petites qui secouent notre corps tout au long de la journée. Ces tsunamis pour reprendre celles de Sorhia qui pourraient dévaster Terhae en entier. C’est être réaliste que de dire que les émotions féminines sont mises à mal tout simplement par le fonctionnement du corps au niveau hormonal. Traduire part : « elle est chiante en ce moment , ce n’est pas la bonne période du mois ».
Comme les variations de la lune et des marées , être femme pour moi c’est suivre ce flot tantôt calme, tantôt violent qui me traverse.
Finalement Sorhia c’est l’AMOUR. On comprend vite qu’il ne faut pas toucher à ses enfants, enfin je ne vous conseille pas, mais en fait c’est plus large que cela. Elle aime profondément Terhae et ses habitants. Elle aime aussi de tout son coeur un homme vagabond et qui parfois mériterait une bonne secousse. Elle aime simplement. Et pour moi c’est la force de ce personnage, cet amour quasi universel, ce sentiment bien trop grand pour elle, qu’elle aimerait parfois restreindre.
Voilà pourquoi pour moi Sorhia ne pouvait être représentée que par l’eau au niveau symbolique. Le flot, l’amour, la force inconsciente et je passe d’autres symbolismes en lien avec cet élément. Plus personnellement , elle a été pour moi une véritable thérapie. Je pouvais a travers elle donner vie à des émotions, violentes et soudaines sans que cela ne la terrasse. J’ai pu exprimer la difficulté à être mère, à vivre le sentiment de protection inhérent à la maternité. Combien de fois en amenant mes enfants à l’école et en voyant certains de leurs amis leur parler, j’aurais pu les noyer dans une bonne grosse boule d’eau bien dosée, et cela sans aucun remords. (Dans ma tête hein). Combien de fois quand une prof me disait des trucs à côté de la plaque sur mes gamins j’aurais pu faire pareil. Le nombre de fois où j’avais l’impression d’arrêter de respirer un air vital quand mes enfants plus petits n’étaient pas là pendant le week-end. Que lors de leur retour tout faisait sens à nouveau.
Évidemment comme chaque mère ou père qui ressent tout cela, il arrive un moment où il est important de se remettre au centre, où il est essentiel de comprendre qu’en tant que parents nous ne sommes là que pour guider nos enfants. Qu’ils ont surement choisi de vivre des difficultés contre lesquels il nous serait impossible, voir déconseiller d’agir. Le moment de la Quête symbolise ce moment pour ce personnage. Les enfants de Sorhia ne lui appartiennent pas, ils sont des individus de Terhae à part entière. Pour toutes ces raisons et bien plus encore, Sorhia est pour moi un personnage qui symbolise une partie de moi et de toi chère lectrice.

Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, je vous invite à faire sa connaissance, elle en vaut le détour. Pour les autres, cette analyse de Sorhia vous a-t-elle plu ?

%d blogueurs aiment cette page :