Oui je sais vous vouliez des nouvelles d’Anima et je viens avec une chronique de livre ? Honte à moi !

Un prochain article, rapidement promis, vous mettra a jour concernant l’avancée.

En attendant, je vous propose de vous plonger dans le livre d’Azaël Jhelil auteur des Chroniques des secondes heures de Tanglemhor: l’oeuf de Tanglemhor tome 1.

2018 date de mon arrivée sur les réseaux sociaux, je vois passer la magnifique couverture de ce livre. Signée par le talentueux fils de l’auteur Wotan Jhelil.
Complètement immergée par le lancement d’Anima, je le note mentalement. Puis il réapparait, le bougre, lorsque liseuse fantasy, ambassadrice Anima fait une chronique dithyrambique dessus. Que vous pouvez lire ici.

Ce n’est d’ailleurs pas la seule, 72 commentaires Amazon pour une note moyenne de 4,6 sur 5. Des chroniques et des avis, il y en a des tas !

Pas de vacances, pas de temps. 2020 arrive, oui le temps file vite dans mon monde et des vacances se profilent malgré le COVID. C’est le moment où jamais !
À une semaine du départ je commence, une petite page, juste pour voir. Grosse erreur! Je suis catapultée.
Oui c’est le terme qui s’approche le plus de ma sensation de lecture du début de ce livre. Vous vous asseyez confortablement dans votre fauteuil de lecture, un petit thé qui fume à côté et soudain vous voyez que l’auteur vient de scier la corde de votre assise confortable pour vous retrouver dans un monde extrêmement bien construit et ô combien addictif.

C’est déroutant , pendant quelques instants vous avez la tête qui tourne, mais il faut vite reprendre ses esprits parce que ça déménage de fou! Le contexte est posé , vous croyez à nouveau comprendre, cerner l’histoire, nouvelle estocade de l’auteur.

Puis les briques se posent et là je me dis , OK ça c’est un monde à part entière et complètement construit, a tel point que même la datation est différente , cela vous semble anodin, pourtant l’effet est là, immersion totale. Les dieux aussi, un travail de dingue. J’ai appréhendé les différents peuples, essayant de me souvenirs de leurs caractéristiques, histoire, valeurs, un petit calepin aurait été le bienvenu, mais je n’avais qu’une envie me laisser porter tout simplement. Parce que cette expérience de lecture c’est ça, on se laisse porter un point c’est tout, parce que si le mental s’en mêle et bien l’auteur vous attend au tournant.

Voilà donc plusieurs chapitres que je dévore, vous savez ce genre de livre où vous allez vous faire un thé sans regarder si l’eau bouillante tombe bien dans votre tasse parce qu’il ne faut SURTOUT pas lâcher des yeux les lignes, et bien c’est ça. Donc je dévore et je découvre avec satisfaction les vitalistes et les doloristes et j’adore ce concept. Commun? le bien contre le mal, que nenni, la magie autour et surtout ce qu’elle laisse présager sur le futur m’a remplie d’une sensation de : j’en veux encore!
Et …je ne suis plus seule dans ma lecture. Les PERSONNAGES sont là et bien là. TOUS ! sans exceptions sont incroyablement introduits et construit. Je peux vous dire que ceux-là vont vous faire passer par des centaines d’émotions. Je vous en veux encore Azaël Jhelil pour la construction du personnage de Meldaïn, un petit sourire et hop vous êtes dans sa poche.

D’ailleurs, ce passage m’a fait revivre des moments exceptionnels d’enfant collé devant sa télé qui regarde Zorro. Alors là , les nanas, qui ont aimé un jour des bad boys au grand coeur avec qui elles ont pensé « avec moi se sera différent » je vous dis tout de suite : Vous êtes cuites !
Et les autres, Elperin, Serpent de Lune, le Fléau, masque noir, bref pas un personnage n’est en trop. Et puis, vous allez aussi aimé les méchants par exemple l’Assassin rouge, oui oui vous verrez lui aussi.

Donc oui ,vous êtes en territoire connu si vous aimez un brin la fantasy, création d’une communauté dans un monde avec une bataille bien/mal ( mais le bien est-il vraiment bien ? À vos crayons, vous avez trois heures) et des peuples style fée et orcs… mais mais mais…. pas comme vous pouvez vous les imaginer.

Donc trois jours plus tard, j’avais fini mon livre, il me fallait la suite !!! Tout de suite!

Non pas parce qu’il y a un cliffhanger de fou qui du coup vous donne envie d’avoir la suite juste pour avoir la suite, mais bien parce que vous voulez monter sur le bateau avec cette équipe. Ils pourraient partir sans vous, vous comprenez ? Je vous rassure le deuxième est en lecture et je le savoure petite bouchée par petite bouchée et c’est tellement bon.

On me dit dans l’oreillette qu’il faut que je trouve un point négatif : pas vraiment, mais si vous insistez, c’est plutôt une frustration. Le personnage d’Oriana que j’ai beaucoup apprécié, néanmoins j’attends avec impatience qu’elle envoie du lourd. Dans ce premier tome , elle est conforme à son statut , rang , cohérent avec ce qu’elle a vécu jusqu’à présent. Je me réjouis de la voir évoluer dans quelque chose de moins rigide. Je fais entièrement confiance à ses compagnons pour l’aider dans cette évolution.

Si je devais résumer le pourquoi cette lecture a été incroyable, c’est parce qu’en définitive ce livre allume quelque chose chez le lecteur :

une résistance pour défendre ce qu’il y a de plus précieux, la liberté !!!

Ah oui , il y a aussi la plume de l’auteur, un phrasé incroyable avec un rythme parfait, du pur bonheur. Vous allez sentir que chaque phrase a été travaillée jusqu’à la moelle.

En première place de lecture fantasy dans mon classement personnel, il y a les portes de la mort et maintenant celui-ci !
La roue du temps de Robert Jordan, classique aussi dans la formation de la communauté, peut aller se rhabiller, parce que dans celui-ci vous trouverez un humour qui vous colle le smille pendant toute la lecture.

Du coup, une question se pose : comment ? Oh grand dieu comment ? Un livre pareil n’est pas édité par une maison d’édition ?

Message non subliminal:

Lecteurs : Achetez ce livre et revenez me voir pour en discuter. J’ai averti pour la catapulte.
À mes vieux amis pourris, Seb, Jules, Nico , Blaise, Lawrence et j’en passe, ce livre a été écrit pour vous !

Éditeurs: Achetez ce livre et publiez-le !

Saviez-vous que ce livre a été 1er/958, toutes catégories confondues, dans la catégorie “notes moyennes des commentaires” au concours des Plumes Francophones ? Moi je dis ça , je dis rien !

Tout ce qu’il vous faut: ( il suffit de cliquer)

Amazon

Babelio

Facebook

Et comme je suis super sympa, je pense même aux paresseux, voici un petit extrait. Elle est pas belle la vie ?

 

%d blogueurs aiment cette page :